Sentiments dévoilés - Vivre avec une sclérose en plaques

Sentiments dévoilés - Vivre avec une sclérose en plaques

 

 

 

von: Frédérique Bonamain

La Compagnie Littéraire, 2018

ISBN: 9782876836075 , 158 Seiten

Format: ePUB

Kopierschutz: DRM

Mac OSX,Windows PC für alle DRM-fähigen eReader Apple iPad, Android Tablet PC's Apple iPod touch, iPhone und Android Smartphones

Preis: 4,99 EUR

eBook anfordern eBook anfordern

Mehr zum Inhalt

Sentiments dévoilés - Vivre avec une sclérose en plaques


 

Atteinte d'une sclérose en plaques, Fred vit chaque jour avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête... La maladie lui est tombée dessus sans crier gare et on ne lui a pas dit tout de suite de quoi il s'agissait. Quand on lui a enfin dit qu'il s'agissait d'une SEP, une sclérose en plaques, elle n'y a pas cru au début. Après sa colère, elle a décidé de se battre pour enrayer la maladie, pour vivre le moins difficilement possible. Elle témoigne de son calvaire, de ses états d'âme, de ses combats avec l'administration qui sait parfois se révéler tellement indifférente, de son quotidien insupportable, elle crie à l'injustice. En évoquant ses relations avec son entourage, on perçoit que son caractère est devenu difficile, et elle en est consciente. Son récit est poignant, c'est un rendez-vous avec elle-même, des mots qui mettent le doigt sur les idées vraies qui nous échappent en temps normal, mais c'est aussi l'occasion pour elle de témoigner sa reconnaissance envers ceux qui l'aiment, qui l'aident et qu'elle aime. Un témoignage poignant qui raconte la difficulté de vivre avec la maladie. EXTRAIT Il était 17 h 15, un jour merveilleux puisque je mettais au monde mon second garçon à la Clinique de l'Essonne (Évry). J'ai passé une excellente grossesse de A à Z. Rien ne laissait prévoir ce qu'il allait m'arriver quelques mois plus tard. À mon retour à la maison, petit Paul avait fait son trou dans la famille. C'était un bébé adorable et surtout qui DORMAIT sur ses deux oreilles?! Une chance, car nous avions vécu ' l'enfer ' avec Lucas, son grand frère. Toutes les nuits, nous étions réveillés et cela me stressait beaucoup. C'était mon premier enfant né également à la Clinique de l'Essonne. Je n'avais pas du tout géré mon premier enfant comme le deuxième. Chaque pleur était un ' crève-c?ur '. Malgré les conseils des uns et des autres, je ne pouvais pas m'empêcher d'angoisser. Mon mari de toujours gérait plus facilement la situation que moi.